»

Mar
01

Visites scientifiques à Paris

«Visites scientifiques à Paris» : 1-3 mars 2018

Organisées par la régionale de Toulouse, plusieurs visites scientifiques localisées à Paris ont regroupé des APBGistes des régionales de Toulouse, Nice et Nancy-Metz.

L’après-midi du jeudi 1er mars, dans un Paris encore sous la neige, la 1ière visite était consacrée au Palais de la découverte avec son exposition temporaire consacrée à Pasteur. Les travaux de Pasteur présentés en lien avec les évènements de l’époque y sont mis en relief ainsi que les avancées contemporaines de la science qui en découlent. Les visites des salles d’exposition permanentes ont ensuite eu lieu, chacun composant son « menu » de visites et conférences selon ses goûts. Le matin du vendredi 2 mars le groupe a visité le Muséum d’Histoire Naturelle avec sa « Grande Galerie de l’évolution ».  Les informations sur la diversité, l’adaptation et l’évolution des espèces montrées de façon interactive ont rendu cette visite très ludique et intéressante. Les informations scientifiques présentées permettent de réfléchir sur  la problématique de la place et de l’action de l’Homme au sein de cette diversité. La visite de l’exposition temporaire sur les météorites, toujours au Muséum nous a permis de découvrir, avec une approche interactive et sensible, ces fascinantes et inquiétantes pierres tombées du ciel. À travers un parcours ponctué de grandes projections spectaculaires, l’exposition nous a permis d’admirer plus de 350 météorites de la collection du Muséum, toutes porteuses d’informations inestimables. L’après-midi le groupe a été divisé en deux, pendant que certains, guidés par Pierre-Henri Gouyon visitaient l’herbier du Muséum (normalement inaccessible au public), les autres découvraient les serres du jardin des plantes avec Laure Schneider-Maunoury, doctorante appartenant à l’équipe de Marc André Selosse. Au bout d’une heure et demie de visite les deux groupes ont permuté. La visite de ces magnifiques serres en plus d’être un plaisir pour les yeux, notamment au niveau de l’exposition « mille et une orchidées », a été l’occasion grâce à l’érudition et l’enthousiasme de notre guide de raviver certaines connaissances de biologie végétale ainsi que de découvrir des particularités résultant de l’adaptation des plantes aux différents milieux que l’on découvre dans plusieurs galeries : forêts tropicales humides, déserts et milieux humides, Nouvelle-Calédonie, histoire des plantes..

Lors de la visite de l’herbier les APBGistes ont été captivés par les explications de Pierre-Henri Gouyon qui après avoir rappelé l’histoire de l’herbier national ainsi que l’évolution des critères de classement des espèces leur a fait visiter les locaux de l’herbier qui comporte actuellement plus de 8 millions de spécimens qui occupent plusieurs étages. Entre 2008 et 2012, l’Herbier national a été complètement rénové, processus qui a inclus une restauration du bâtiment et un reclassement systématique des spécimens dans des rayonnages mobiles.  Pierre-Henri Gouyon a expliqué comment les échantillons y sont classés selon un code de couleur (par genre puis par origine géographique puis par espèce) ainsi que leurs conditions de conservations : deux congélations successives avant d’intégrer les nouveaux échantillons à l’herbier, présence de pièges à insectes, maitrise de la température et de la ventilation des locaux. Les herbiers historiques comme ceux de Tournefort, botaniste du jardin du roi (1708) et Vaillant (1722) son successeur, y sont notamment conservés. La numérisation progressive des spécimens est réalisée principalement par des bénévoles grâce à des scanners spéciaux (on ne peut pas retourner les feuilles d’un herbier). Cette visite rendue passionnante grâce à la pédagogie et la disponibilité de Pierre-Henri Gouyon, a permis aux participants de mieux prendre la mesure de ce trésor national qu’est l’herbier. La journée s’est terminée dans la médiathèque du muséum avec la visite du cabinet de curiosité de Joseph Bonnier de Mosson acquis par Buffon en 1745. Le matin du samedi 3 mars a été consacré à la visite guidée du musée de l’Homme dont la nouvelle version inaugurée en 2015 a pour objectif la compréhension de l’évolution de l’Homme et des sociétés, en croisant les approches biologiques, sociales et culturelles. La nouvelle scénographie du musée mettant en valeur les éléments présentés par exemple les fossiles de la lignée humaine ainsi que la présentation pertinente et dynamique des différentes thématiques : l’Homme être de chair, l’Homme être de parole, d’où venons-nous ?…. par notre guide ont rendu cette visite très intéressante et le temps a passé très vite. Cette visite a clôturé ce séjour qui a été très satisfaisant du fait de son intérêt scientifique mais aussi grâce à la convivialité des échanges entre les participants  et de façon plus anecdotique grâce à quelques découvertes gastronomiques.